MARSO LOCO

TRAVAIL ISSU DE LA RÉSIDENCE
À L’INSTITUT FRANÇAIS DE TÉTOUAN VILLA DAR BEN JELLOUN - MARS 2018

WORK FROM THE RESIDENCE AT THE FRENCH INSTITUTE OF TETOUAN VILLA DAR BEN JELLOUN - MARCH 2018

« Je crois que l’artiste ne crée rien mais qu’il est là pour trier, montrer, signaler ce qui existe déjà, mettre en forme et reformuler »

 

 

Annette Messager

"I believe that the artist does not create anything but that he is there to sort, to show, to point out what already exists, to format and reformulate"

 

Annette Messager

La demeure patrimoniale Dar Ben Jelloun, au centre de la médina de Tétouan m’apporte un cadre de vie extraordinaire et me plonge dans une ambiance propice à la création. La Médina de Tétouan est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle occupe aux yeux des spécialistes la première place de toutes les médinas du Maroc.

Tétouan signifie source, du fait de ses nombreuses sources d’eau. Cette ville, située dans le nord du Maroc, tout près du Détroit de Gibraltar, se trouve dans les montagnes de la chaîne du Rif, au bord de la Méditerranée.

La ville de Tétouan, ses artisans, ses artistes, son architecture me fascinent. De ces rencontres, après mon retour en France, je souhaite questionner ma mémoire, et retranscrire mes souvenirs.

Ces clichés sont un travail sur l’instant, une volonté de capturer un intervalle très court dans le temps qui passe. Cet instant capté est voué à la disparition, impossible de le vivre deux fois, cet éphémère est déjà un souvenir l’instant d’après. Le temps est irréversible, c’est une pause photographique dans un mouvement fugace qui permet la conservation.

La lumière est fondamentale dans mon travail. La photographie, c’est l’empreinte de la lumière. Je renforce cette impression en retravaillant chaque image, je sature les blancs et les noirs. L’empreinte, c’est une trace sensible, il y a cette sensation de découverte, tel un archéologue cherchant des traces du temps passé.

« Mes images sont à la fois très réaliste et pas réaliste du tout. Ce sont comme des souvenirs, des mémoires d’images qui s’impriment dans notre cerveau »

Robert Longo (Artiste contemporain américain)

Après cette manipulation numérique, une fois le fichier prêt, l’image sort en une photocopie, la machine dépose du noir sur le blanc du papier pour faire apparaître l’image. La réminiscence du moment est là.

« Rien n’est jamais découvert : tout est ici retrouvé, revenu à la mémoire à la faveur d’une retrouvaille avec l’idée originale. »

 

Clément Rosset (Philosophe Français)

Ensuite, je retravaille avec la mémoire des sensations, j’ôte une partie de l’image réelle, la remplace par une couleur peinte qui s’apparente a celle du rêve. L’image se transpose. Ces images sont alors une hybridation entre la perception imaginaire et le monde réel.

« Les gens pensent que je crée un univers de fantaisie pour m’évader de la réalité. Mais je crois qu’un monde synthétique possède sa propre réalité et sa propre intériorité : il est fait de ce que vous sentez, de ce que vous expérimentez, de ce que vous rêvez. »

Mariko Mori ( Artiste contemporaine japonaise)

The abode Dar Ben Jelloun, in the center of the Medina of Tetouan brings me an extraordinary living environment and immerses me in an atmosphere conducive to creation. The Medina of Tetouan is inscribed on the UNESCO World Heritage List. It occupies in the eyes of specialists the first place of all medinas of Morocco.

 

Tetouan means source, because of its numerous sources of water. This city, located in the north of Morocco, near the Strait of Gibraltar, is in the mountains of the Rif chain, at the edge of the Mediterranean.

 

The city of Tetouan, its craftsmen, its artists, its architecture fascinate me. From these meetings, after my return to France, I wish to question my memory, and transcribe my memories.

 

These shots are a work on the moment, a desire to capture a very short interval in time passing. This captured moment is doomed to disappear, impossible to live twice, this ephemeral is already a memory the next moment. Time is irreversible, it is a photographic pause in a fleeting movement that allows conservation.

 

Light is fundamental in my work. Photography is the imprint of light. I reinforce this impression by reworking each image, I saturate whites and blacks. The imprint is a sensitive trace, there is this sensation of discovery, like an archaeologist looking for traces of the past.

 

"My images are both very realistic and not realistic at all. They are like memories, memories of images that print in our brain "

Robert Longo (American contemporary artist)

 

After this digital manipulation, once the file is ready, the image comes out in a photocopy, the machine places black on the white paper to make the image appear. The reminiscence of the moment is there.

 

"Nothing is ever discovered: everything is found here, returned to memory thanks to a reunion with the original idea. "

Clément Rosset (French philosopher)

Then I rework with the memory of sensations, I remove part of the real image, replace it with a painted color that is similar to that of the dream. The image is transposed. These images are then a hybridization between the imaginary perception and the real world.

 

"People think I'm creating a fantasy world to escape from reality. But I believe that a synthetic world has its own reality and its own interiority: it is made of what you feel, what you experience, what you dream. "

 

Mariko Mori (Contemporary Japanese Artist)

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now