En continu dans la cour du Musée de Saint-Brieuc, avec le festival Banc Public, Stéphanie Pommeret met en place une installation, une carte du monde d'après la projection de Peters.

Une multitude de pots en terre compose l’œuvre, et le public est invité à venir y planter des jeunes pousses. Les plantes feront racines et s’épanouiront tout au long de l'exposition, et à son terme elles seront adoptées par de nouveaux visiteurs, afin qu'elles puissent poursuivre leur croissance ailleurs.

Alors venez mettre en terre votre plante !

 

LA PROJECTION

Pour les cartographes, la difficulté principale est de représenter une sphère sur un plan car cela génère inévitablement des déformations. Aussi, il existe une multitude de projections, chacune étant le résultat de choix délibérés quant aux points de vue retenus pour la représentation du monde. En 1569, le géographe Gerardus Mercator, a crée une projection, qui sert de base pour la plupart des planisphères depuis quatre siècles. C’est cette représentation que nous connaissons et trouvons d’ailleurs en 1er résultat dans une recherche Google. Cette projection est idéale pour tracer des itinéraires aériens et maritimes. En revanche elle ne respecte pas les surfaces.

L'hémisphère nord de la planète est surdimensionné, alors que le Sud, lui, est sous-dimensionné. Le géographe et historien Arno Peters (1916-2002) et avant lui le pasteur James Gall (1808-1895), vont créer la projection de Peters qui prend en compte les proportions réelles des continents, mais qui déforme les contours. C’est cette carte aux propriétés égalitaires qui a été choisi pour cette carte, car elle est peu familière, elle ne correspond pas à l’image donnée par le point de vue dominant du Nord.

Parce que la connaissance est importante pour connaitre l’autre, il est important de connaitre la vérité

Continuously in the courtyard of the Museum of Saint-Brieuc, with the Public Bench festival, Stéphanie Pommeret sets up an installation, a map of the world according to the projection of Peters.

 

A multitude of clay pots compose the work, and the public is invited to come and plant young shoots. The plants will be rooted and flourish throughout the exhibition, and in the end they will be adopted by new visitors, so that they can continue to grow elsewhere.

 

So come and plant your plant!  

 

PROJECTION

 

For cartographers, the main difficulty is to represent a sphere on a plane because it inevitably generates deformations. Also, there is a multitude of projections, each one being the result of deliberate choices as to the points of view retained for the representation of the world. In 1569, the geographer Gerardus Mercator, created a projection, which serves as a base for most planispheres for four centuries. It is this representation that we know and find in the first result in a Google search. This projection is ideal for plotting air and sea routes. On the other hand, it does not respect surfaces.

 

The northern hemisphere of the planet is oversized, while the South is undersized. The geographer and historian Arno Peters (1916-2002) and before him the pastor James Gall (1808-1895), will create the projection of Peters which takes into account the real proportions of the continents, but which distorts the contours. It is this map with egalitarian properties that has been chosen for this map because it is unfamiliar, it does not correspond to the image given by the dominant view of the North.

 

Because knowledge is important to know each other, it is important to know the truth

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now