Un Rêve Indien

An Indian dream

Quelques unes des réalisations...

Some of the achievements ...

Dossier de résidence à télecharger

Residence file to download

Français/English

Les pouvoirs instrumentalisent les cartes et s’approrient les territoires, on a pu le voir dans l’exposition « Le Monde vu d’Asie » au Musée Guimet.

« Le pouvoir singulier de la carte réside dans son format même : elle permet en un seul coup d’oeil d’embrasser des territoires immenses et d’appréhender des questions complexes. En Asie comme en Europe, la cartographie sert d’abord à faire la guerre … » 

Pierre Singaravélou, Fabrice Argounès 

Mappemonde indienne

Vers 1770

 

Cette carte merveilleuse et religieuse  présente un monde avec une topographie détaillée, relatant à la fois les exploits d’Alexandre le Grand, ainsi que les monstres et les démons, mentionné dans le Coran.

The powers instrumentalize the maps and become familiar with the territories, as we have seen in the "Le Monde vu d'Asie" exhibition at the Musée Guimet.

"The singular power of the card lies in its very format: it allows at a glance to embrace immense territories and to grasp complex issues. In Asia as in Europe, cartography is used primarily to make war ... "

Pierre Singaravélou, Fabrice Argounès

 

Indian world map Around 1770 This marvelous and religious map presents a world with a detailed topography, recounting both the exploits of Alexander the Great, as well as the monsters and demons, mentioned in the Qur'an.

C’est en visitant un village du Dewa avec l’équipe de Sanatkada que me vient l’idée de cette carte

 

La matière première requise pour cette poterie est une argile trouvée dans la région de Dewa, d'où cette poterie tire son nom. L'argile est mélangée à de la cendre et du sable, malaxée par les pieds, puis à la main. Toutes les particules solides sont éliminées de ce mélange. L'argile humide est montée sur un tour. Au fur et à mesure que l'argile est façonnée sur le tour, des fragments de la matière première sont rasés pour donner à la poterie sa forme définitive. Ce style de poterie est unique et nécessite des mains habiles. Le produit final est ensuite cuit a même le sol chauffé par des gâteaux de bouse de vache. Je choisi la projection de Peters pour ses propriétés égalitaires dans ses proportions. Dans le monde nous voyons très souvent la carte de Mercator, approprié à la navigation car elle conserve les angles, mais elle ne présente pas les bonnes proportions, les pays du sud sont beaucoup plus grands en réalité. 

Cette carte est composé d’une multitude de lampes, remplies d’huile de moutarde et munies de mèches. Ce n’est pas la finalité qui importe, ce qui compte c’est de le faire tous ensemble, naturellement des personnes proposent leurs aides. Ce geste est coutumier, car il y a en Inde une fête de la lumière…

 

L’objet en lui même est issue de la terre, il est naturel, simple, modeste, fragile, c’est un peu pour moi notre condition humaine mais cet objet contient la lumière.  

La lumière est un symbole universel, spirituel, la lumière c’est la création, la connaissance, la civilisation, il n’y aurait aucune vie sans lumière. Nous avons besoin de toutes les lumières du monde pour évoluer, nous sommes tous interdépendants les uns des autres. La rencontre avec le public a été un moment fort, le dialogue s’est installée. Chaque étape de la performance révèlait quelque chose d’existentiel

 

The raw material required for this pottery is a clay found in the Dewa region, from where this pottery takes its name. The clay is mixed with ash and sand, kneaded by the feet, then by hand. All solid particles are removed from this mixture. The moist clay is mounted on a lathe. As the clay is shaped on the lathe, fragments of the raw material are shaved to give the pottery its final shape. This style of pottery is unique and requires skilled hands. The final product is then cooked on the floor heated by cow dung cakes. I chose Peters's projection for its egalitarian properties in its proportions. In the world we often see the Mercator map, suitable for navigation because it keeps the angles, but it does not have the right proportions, the southern countries are much larger in reality. This card is composed of a multitude of lamps, filled with mustard oil and wicks. It is not the end that matters, what matters is to do it all together, naturally people offer their help. This gesture is customary, because there is in India a festival of light ...

The object in itself comes from the earth, it is natural, simple, modest, fragile, it is a little for me our human condition but this object contains the light. Light is a universal, spiritual symbol, light is creation, knowledge, civilization, there would be no life without light. We need all the lights in the world to evolve, we are all interdependent on each other. The meeting with the public was a highlight, the dialogue took place. Each stage of the performance revealed something existential.

Workshop avec les élèves de l'école KK Academy, sur les toits de Lucknow, avec la directrice, Lakshmi Kaul

Crédit Photo Richard Franco

 « La Carte Hao Xiaoguang »

 

C’est le monde à l’envers pour un œil occidental habitué à la représentation du globe en vigueur depuis le XVIe siècle. Les Etats-Unis sont renversés, New York est placée à l’ouest ; ce n’est pas le Pacifique qui sépare la Chine et les Etats-Unis, mais l’océan Arctique ; ce dernier devient une Méditerranée encerclée par l’Eurasie et le continent américain (...) 

 

LE MONDE | 20.02.2017 Par François Bougon, Francesca Fattori, Jules Grandin et Véronique Malécot

J’ai choisi cette carte chinoise car elle change notre regard sur le monde, l’Europe n’est plus au centre, il n’y a plus de nord en haut et plus de sud en bas, l’Inde se retrouve au milieu. Multiplier les visions du monde est important à mes yeux. 

Représenter le monde avec des abeilles, symboliquement pour moi, c’est représenter une société organisée de façon harmonieuse. Ses alvéoles se forment spontanément par la pression exercée par chaque abeille sur les parois. 

D’autre part, en Bretagne la région d’où je viens, les apiculteurs ont constaté douloureusement qu’un tiers des abeilles sont mortes en 2018. La cause de cette mortalité se sont les pesticides. L’abeille est en danger, aussi petit soit elle, sa disparition serait une catastrophe planétaire qui mettrait en danger l’humanité. 

“The World is projected upside down as compared to the common view imported from Europe since the 16th Century. The USA are upside down, New York is in the West; China and the USA are separated by the Artic Ocean, not the Pacific Ocean. The former looks like the Mediterranean see surrounded by Eurasia and the American Continent (...)”

Quoted from French Newspaper Le Monde dated 20.02.2017 ( François Bougon, Francesca Fattori, Jules Grandin et Véronique Malécot)

I have selected this Chinese projection as it changes the way we see the World, Europe is not at the Centre anymore. North is not on top and South is not on the bottom, India finds itself at the Centre. I believe it important to propose multiple visions of the World.

I support this representation of the World with bees as it symbolically projects a society living in harmony. Like in a beehive or a swarm, cells fall spontaneously into place as a result of the pressure applied by each bee on the walls.

Last year, in my native region of Brittany, France, beekeepers noted with anguish that one third of their bees died because of the intensive use of pesticides and fertilisers. Bees are an endangered species. If they disappear, the production of food resources runs the risk of being severely compromised, causing great concern for humanity.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now